samedi 21 juin 2014

Le premier aquarium naturel de Pascal!

Pascal, un aquariophile de Chalon sur Saône, est tombé dans l'aquariophilie il y a un an déjà. Son eau de conduite étant très dure, il a naturellement opté pour un bac de type Tanganyika. Cet aquarium de 200 litres, peuplé de Néolamprologus Multifaciatus, de Néolamprologus Brichardi, de Julidochromis Transcriptus et d'Ancistrus, de Lamprologus leleupi, tourne toujours actuellement mais avec un filtre d'une capacité de 1200l/h, rien que ça!

Il a toujours eu envie d'avoir un bac densément planté, mais jusqu'à présent il a été freiné par la dureté de son eau -21d°GH- et par la corvée de faire de l'eau osmosée. C'est suite à la découverte de la méthode des bacs dits «naturels» ou «low-tech» qu'il a décidé de se lancer dans la réalisation d'un aquarium planté.

 - Pour son problème d'eau dure, il a résolu ce problème en mélangeant son eau de conduite avec de l'eau en bouteille beaucoup plus douce. De plus, et se basant sur la méthode naturelle, ses changements d'eau seront considérablement réduits et espacés, c'est aussi un problème en moins.
- Pour son idée d'avoir une végétation luxuriante, dans un premier temps il a pensé à faire un substrat à base de terreau suivant la méthode Walstad, mais ne pouvant en trouver un de naturel, il a finalement opté pour un compost aquatique pour bassin, qu'il a recouvert ensuite d'une couche de gravier, ce qui est tout aussi bien.

Le premier aquarium naturel de Pascal.

Son bac fonctionne sans filtration, ni mécanique, ni biologique, une simple turbine de 300l/h bridée à 95//h assure l'homogénéisation de la température et des nutriments pour les plantes. Il n'y a pas, non plus, de chauffage, la température ambiante suffit. 

Pour avoir tous les renseignements sur son installation, je vous invite à visiter la page de Pascal sur le site de l'Association Chalonnaise d'Aquariophilie, vous aurez une description détaillée de son projet avec des dizaines de photos à l'appui, vous pourrez même lui poser des questions et laisser des commentaires.


Enfin, je profite de cette occasion pour rappeler quelques principes de bases sur les bacs low-tech:
  • Les plantes consomment les matières azotées directement sous forme d'ammonium, puis éventuellement les nitrites, pas les nitrates. (voir l'article en question) Une filtration artificielle est donc superflue, voire néfaste!
  • Dans un bac sans filtration, le taux de nitrates est indécelable durant des années, ainsi les changements d'eau fréquents ne sont plus nécessaires, quelle économie et quel gain de temps!
  • Un bac peuplé peut tourner avec seulement de la Cératophyllum et des lentilles d'eau!
  • Il est possible de purifier l'eau usée d'un aquarium dans le but de la réutiliser en la mettant dans un récipient quelconque placé au soleil et en utilisant pendant deux à trois semaines les plantes citées ci- dessus!


Voilà, j'espère que Pascal sera entièrement satisfait de son nouvel aquarium et qu'il se prépare déjà pour la prochaine étape....mais je n'en dirai pas plus pour le moment, je laisse planer le suspens!

Aquatiquement vôtre!

Dani

6 commentaires:

  1. Attention l'article de Diana Walstad ne dit pas que les plantes ne consomment pas les nitrates, elles le font. C'est juste que environ 90% des plantes préfèrent l'ammonium et les nitrites aux nitrates et vont les consommer avant les nitrates. Quand aucun ammonium où nitrites est présent, les plantes consomment les nitrates. Une des tes phrases pourrait semer la confusion.

    Michel.

    RépondreSupprimer
  2. Salut Michel!

    Il ne faudrait pas non plus inciter les aquariophiles à croire que les nitrates sont tout aussi bénéfiques pour les plantes aquatiques que l'ammonium ou les nitrites, ce qui serait tout à fait faux.

    Les plantes absorbent les nitrates uniquement quand il n'y a pas d'ammonium ou de nitrites mais ce au prix d'une perte d'énergie considérable... mais c'est pour ça que dans mon billet je renvoie sur l'article de D.Walstad où tout est expliqué.

    Merci Michel pour ton intervention.
    Dani

    RépondreSupprimer
  3. La prochaine étape serait-elle de tenter le Tanganyika low-tech ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Alex!

      En voilà une bonne idée qui est bonne! Et d'après toi comment devrait-il procéder pour passer le Tanganyika en low-tech ? Apparemment Pascal montre des signes d’intérêt certains...

      Supprimer
    2. Bonjour Dan !
      Alors j'ai eu l'occasion de voir les bacs de Pascal qui m'a également fait visiter le club d'aquariophilie de Chalon/Saone et d'autres endroits intéressants.
      Contrairement à ce qu'on peut voir en général dans les bacs africains, le Tanganyika de Pascal et généreusement planté pour le plaisir des yeux, et je pense que toutes ces plantes pourraient suffire à retirer ici aussi la filtration automatisée... à voir.

      Supprimer
  4. Salut,

    Bravo à Pascal. C'est effectivement une joie et une grande satisfaction de voir enfin un bac tourner naturellement. Par contre gros sentiment d'exclusion sur des grands sites d'aquariophilie, c'est agaçant, on ne peut pas partager sans être conspué ou carrément ignoré par les modérateurs ou animateurs qui conseille toujours d'aller chercher le matériel adéquate chez leurs partenaires. Comme quoi il y aura toujours l'aquariophilie de masse et une autre, plus soucieuse du bien être de la vie dans les bacs et de nos porte-monnaie, c'est mon avis, peut-être pas tellement objectif, quoique. Désolé pour le hors-sujet et félicitations pour votre blog.

    RépondreSupprimer