jeudi 18 juillet 2013

Pour les nostalgiques seulement!

Même s'il y a un rapport indirect il ne s'agit pas d'aquariophilie à proprement dit dans ce billet. Il s'agit de revenir un peu dans notre enfance quand tout nous paraissaient beau, merveilleux avec des découvertes à la pelle et que tout nous semblait permis. Pour ceux qui ont passé leur enfance à la campagne savent à quoi je fais allusion. Certains passaient des heures à observer la nature et à scruter les mares et les cours d'eau libres comme l'air, d'autres apprenaient à pêcher.

Ça me rappelle logiquement les vers d'une chanson écoutée un petit million de fois dans ma jeunesse et qui me parait être en lien direct avec mon introduction:

"...When I was young, it seemed that life was so wonderful, a miracle, it was beautiful, magical
And all the birds in the trees, well they'd be singing so happily, joyfully, playfully, watching me
But then they send me away to teach me how to be sensible, logical, responsible, practical
And they showed me a world where I could be so dependable, clinical, intellectual, cynical
There are times when all the world's asleep
The questions run too deep for such a simple man
Won't you please, please tell me what we've learned
I know it sounds absurd but please tell me who I am..."
Pour ceux qui sont tout comme moi nostalgiques de ces années idylliques voici le lien, histoire de se les remémorer.

Bon je sais, je m'égare un peu ou beaucoup et je chante faux, ok, ok je reviens à mes moutons.

Vous vous souvenez, sans aucun doute, que l'année dernière je vous avais parlé brièvement de ma rainette morte de peur à cause d'un chat un peu trop joueur, cette année la nature semble avoir pris sa revanche en me gratifiant de plusieurs dizaines de ces petites grenouilles vertes, magnifiques, amicales, espiègles et quelque peu sans gêne.
Ainsi j'ai eu la surprise de découvrir que des rainettes, Hyla meridionalis, avaient élu domicile dans une poubelle où je pensais stocker provisoirement des limnobium en vue d'un échange. Logique me direz-vous, c'est pas pour rien que la limnobium est surnommée grenouillette américaine, il était donc normal que les rainette y établissent leur nid d'amour, et compte tenu de la saison ce qui devait arriver arriva. J'ai eu plein de têtards nés dans cette poubelle et qui sont déjà partis, pour certains, en tant que grenouilles à la découverte d'un monde nouveau qui s'offre dorénavant à elles. Moi pendant tout ce temps, je suivais ce manège tout en prenant des photos et le soir venu je m'endormais bercé par les coassements de mes nouveaux locataires aquatiques.

On me reproche, si si je l'ai bien remarqué, de ne pas être assez présent sur le blog, mais voyez à quoi je passais mon temps ces dernières semaines. C'est simple, je ne sortais jamais dans le jardin sans mon APN, mais je dois me limiter parce que j'ai à ma disposition pas moins d'une soixantaine de photos, évidemment il n'est pas question de les mettre toutes.


Dans un premier temps, ce sont les pattes arrières qui se développent, puis les pattes avant. A partir de là, elles arrivent à se hisser sur un support flottant et au bout de quelques jours elles finissent aussi par perdre la queue. C'est à ce moment-là qu'elles quittent définitivement le milieu aquatique originel. Au départ de leur vie en tant que rainette leur couleur est brune, c'est seulement au bout de quelques jours qu'elles arborent leur belle couleur verte. On voit aussi, sur les photos, que les limnobium en ont pris un coup. Elles ne servent pas aux rainettes uniquement de support durant leur transformation, mais leur procure aussi de la nourriture. Les têtards étant des herbivores, et mis à part les algues qu'ils aiment brouter, ils n'hésitent pas à s'attaquer aux plantes, ici ce sont les limnobium qui ont trinqué. Quand la nourriture vient à manquer ils deviennent cannibales, mais c'est vraiment pas le cas chez moi!

Bac à daphnies et gammares
D'autres rainettes sont venues bien vite agrandir la troupe et ont fini par coloniser chaque point d'eau dans le jardin, mon seau à cyclops, mon bac à daphnies et celui des gammares. Dans le seau ci-contre il n'y avait qu'un seul têtard, j'imagine bien Mme Rainette se dire: "Ben non, finalement ce seau est bien trop petit pour tous mes œufs, allons chéri trouver un nid plus spacieux..."!
Si vous demandiez à quoi peuvent bien ressembler les têtards à peine nés, eh bien, au premier abord, ce sont des alevins comme les autres. La seule différence est que les minuscules têtards se collent à la vitre de l'aquarium, c'est leur seul point de distinction. A part ce détail, ils sont tout aussi agiles que les alevins, se déplacent rapidement et nagent très bien. Voici une petite vidéo des têtards dans mon bac à gammares en train de dévorer un cadavre. Ils ne mangent pas le vivant, en revanche ils n'hésitent pas à engloutir des cadavres, seraient-ils des détritivores tout comme les aselles ou les ostracodes? 


Cet aquarium doit être vraiment sympa pour que même les araignées d'eau viennent le coloniser. Je ne sais comment elles sont venues ni pourquoi elles ont choisi d'y habiter, en tout cas elles font des petits, ça saute dans tous les sens quand je dois enlever l’excès de plantes flottantes. Avez-vous déjà vu les parades d'intimidation qu'elles mènent, se dressant sur leurs deux pattes arrières verticalement et semblant se boxer avec celles de devant?


Pour finir, si vos voisins se plaignent à cause des coassements nocturnes, vous pourrez toujours leur rétorquer que les rainettes sont protégées, qu'il est interdit de les capturer, de les transporter ou de les déplacer. Oui, elles sont protégées car elles sont victimes de la pollution des cours d'eau et de l'assèchement des mares, sans parler des prédateurs que sont les serpents et les chats. Vous pourrez leur dire également que leurs chats non opérés font plus de dégâts dans les jardins qu'une simple grenouille, sans parler de la voix de crécelle de ces mêmes voisins qui est bien plus dangereuse pour l'équilibre psychologique pour ceux qui doivent l' entendre que le coassement des rainettes. Ce qui est sûr, c'est que les chats, eux, ne seront jamais en voie d'extinction!
Il ne s'agissait pas de faire un article savant sur la classification des rainettes, ni sur leur distinction d'avec les grenouilles et les crapauds, des sites spécialisés existent, il s'agissait simplement au moyen d'un reportage-photo ludique de dire que la protection de l'environnement commence dans nos jardins.

Ouf, j'arrive au bout!
Pour finir, voici un enregistrement du chant d'amour de mes rainettes à moi, peut-être que cela vous permettra de vous remémorer des souvenirs de jeunesse plus ou moins enfouis.


A l'heure où je finalise cet article dehors ça tonne et çà gronde, décidément c'est la fête à la grenouille!

Stay in touch!
Dani

2 commentaires:

  1. Marre des coassements!26/04/2014 21:18

    Bonjour

    Comme vous le présentez les grenouilles ont l'air bien sympathiques, mais en ce qui nous concerne, leurs coassements finissent par nous donner des insomnies!!! Nous avons une voisine qui n'entretient pas son jardin et laisse un bassin à l'abandon qui à chaque pluie se remplit d'eau, ce qui fait que c'est devenu, pardon pour l'expression, un véritable "baiseodrome". Vous vous avez quelques rainettes dans vos bassines, ici elles sont des dizaines et commencent à coasser à partir de cinq heures de l'après midi jusqu'au petit matin. Ce qui fait que leur bruit est incessant et dure toute la nuit. Alors, je comprends qu'il faille protéger la nature mais pas à n'importe quel prix, c'est simple, on n'arrive pas à fermer l'oeil ou alors par intermittence...c'est devenu invivable!! Elles, elles s'en foutent, elles dorment durant la journée pendant que nous nous devons travailler. On ne sait plus comment faire pour inciter la voisine à prendre des mesures pour stopper ce bruit infernal.
    Je ne sais pas si je m'adresse à la bonne personne mais au cas où, n'auriez-vous pas une idée ou une solution pour régler le problème, merci d'avance de votre compréhension!
    Ivan


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Ivan!

      Je comprends que ça devienne invivable lorsqu'elles se mettent à coasser par dizaines. C'est vrai que chez moi j'ai un couple, deux au maximum, et c'est largement supportable.
      Pourquoi ne pas inciter votre voisine à mettre des poissons dans son bassin? La présence des poissons éloignera les grenouilles qui savent bien que leurs petits risquent de se faire dévorer et chercheront un autre plan d'eau pour se reproduire.

      Si non, vous pouvez l'obliger à vider son bassin en faisant appel aux services concernés de la ville, c'est une solution radicale, mais quand la méthode douce ne fonctionne pas il reste la méthode forte. D'autant qu'avec ce bassin d'eau stagnante il doit y avoir des milliers de moustiques, je crois bien que dans chaque ville il y a un plan de lutte contre la prolifération des moustiques, il faut jouer cette carte là...

      Voila tout ce que je peux vous conseiller, en espérant que vous retrouviez le sommeil très rapidement .

      Amicalement
      Dani

      Supprimer