jeudi 1 novembre 2012

Les Ostracodes!

De l'aquariophilie au Cambrien!

Les Ostracodes sont des petites crustacés, entre 0,1 et 3mm, qui comptent environ 8000 espèces, et qui ont fait leur apparition sur terre durant le cambrien entre 500 et 543 millions d'années.

Ils se trouvent sur tous les continents, aussi bien dans les rivières et lacs d'eau douce, que dans les fonds des océans.

Ils ont un organisme mal différencié et rudimentaire. Leur corps mou est entouré d'une carapace calcaire protectrice, dure chez les espèces marines, douce et fine chez les espèces d'eau douce, ressemblant à un minuscule haricot de couleurs variées selon les espèces. Ils peuvent avoir un ou deux yeux, voire pas du tout. Tout comme les moules, leur carapace possède deux valves d'où le nom commun de "crevette moule". Ils muent régulièrement tout au long de leur vie qui dure quelques mois et laissent derrière eux des carapaces vides qui sont souvent confondues avec des individus morts. Il leur suffit d'une journée pour se constituer une nouvelle carapace.

Leurs sexes, doubles, sont en revanche très bien différenciés, et bien que la reproduction pour certaines espèces puisse être parthénogénétique il existe des Ostracodes mâles et des Ostracodes femelles. Après l'accouplement les œufs sont déposés sur le substrat ou flottent en suspension dans l'eau comme le plancton. Les oiseaux contribuent à leur dissémination par ingestion de leurs œufs qui sont résistants aux sucs gastriques.

Ils se déplacent principalement en rampant pour s'enfouir dans les sédiments, mais d'autres arrivent à se déplacer en nageant grâce à 7 paires d'appendices qui leur servent de propulseurs.


En étudiant leur emplacement et l'état de leur carapace fossilisée, les paléontologues sont en mesure de déterminer la profondeur de l'eau, de la salinité, de la sédimentation, de la température et d'autres facteurs écologiques. Leurs fossiles sont utilisés par l'industrie pétrolière pour détecter des réserves pétrolières potentielles. Parfois, les fossiles d' Ostracodes sont si importants qu'ils forment des roches appelées
lumachelle: roche sédimentaire fossilisée contenant un grand nombre d'organismes fossiles dont les carapaces d'Ostracodes.

Quel est leur intérêt pour les aquariophiles?

  • Premièrement, ces crustacés sont détritivores et filtreurs, ils se nourrissent des matières organiques en décomposition, des algues, des particules en suspension, de plantes microscopiques ou de phytoplancton. Ils sont donc utiles dans les aquariums pour leur capacité à éliminer les déchets grossiers d'une manière naturelle, avec les Aselles ils permettent de maintenir l'eau d'un aquarium non-filtré propre et saine.
  • Deuxièmement, ils constituent une source de nourriture naturelle, des proies vivantes qui permettent de maintenir en éveil l'instinct de chasseur chez nos poissons.
  • Enfin, en introduisant des Aselles et des Ostracodes dans un aquarium on peut s'amuser à recréer un semblant de chaîne alimentaire et un biotope vivant, un morceau de ruisseau dans un espace relativement restreint qui devient ainsi plus captivant.

Ils ne représentent aucun danger pour les poissons, et contrairement à ce que l'on pourrait penser ils sont très intéressants à observer.

Ils sont des bio-indicateurs.

Leur prolifération dans un bac indique une accumulation trop importante de déchets, et si l'on souhaite réduire leur nombre, il suffit d'éliminer systématiquement les débris sur le substrat, et de nettoyer régulièrement les vitres pour voir leur population diminuer. Mais dans un aquarium équilibré leur population est régulée par la seule présence des prédateurs que sont les poissons.

Culture d' Ostracodes.

Si l'on répugne à les introduire directement dans un aquarium d'ensemble, on peut en faire la culture dans un récipient quelconque placé à l'abri du soleil direct. Dans le contenant on peut mettre des feuilles mortes réduites, noisetier, chênes, catappa ou aulnes qui feront office de substrat. Il est dit qu'ils n'aiment pas une température supérieure à 23° et inférieure à 15°; personnellement j'ai maintenu les miens à l'extérieur aux alentours de 2° et ils se portaient très bien, en revanche je pense qu'effectivement une température élevée ne leur convient pas toujours.

J'ai remarqué qu'ils aimaient l'eau verte bourrée de phytoplancton, et c'est dans cette eau qu'ils se reproduisaient le plus et qu'ils étaient le plus actifs. Cet été, lorsque je les ai mélangés avec les Daphnies, ils ont pratiquement disparus, mais pas leur œufs, ainsi ils réapparaitront dès que les Daphnies disparaitront à leur tour à cause de l'hiver et que les conditions climatiques leur seront plus favorables. Une disparition des Ostracodes ne veut pas dire que la souche est entièrement décimée, elle est toujours présente mais sous forme d'œufs qui attendent simplement des conditions plus favorables pour éclore et redémarrer une nouvelle génération.

On peut les nourrir avec un peu de paillettes de spiruline écrasées finement, des morceaux de plantes aquatiques abîmées ou des restes de légumes cuits distribués en petits morceaux.

Les Corydoras et les Betta Splendens en raffolent comme tous les poissons ayant une bouche assez grande pour pouvoir les ingérer.


Pour terminer, ils sont les premiers organismes apparus sur notre planète juste après la première cellule à noyau, et sont toujours présents aujourd'hui, c'est dire combien ils sont résistants, de quelle faculté d'adaptation ils ont fait preuve et combien ils méritent notre respect.
En ce qui me concerne il m'est inconcevable de m'en passer. J'espère avoir réussi à vous transmettre mon enthousiasme et l'envie de les adopter à votre tour.

Il est possible, aujourd'hui, de s'en procurer facilement pour quelques euros chez Aqualiment.

Je n'aurais jamais pu me douter qu'un simple poisson rouge me conduirait un jour lointain jusqu'au cambrien, c'est là un des avantages de l'aquariophilie...

Pour aller plus loin :
Pour les scientifiques: http://www.mta.gov.tr/v2.0/eng/dergi_pdf/62/12.pdf


10 commentaires:

  1. Bonjour. Je sais que cet article date un peu, mais peut-être répondrez-vous tout de même, je l'espère ! J'ai lancé un nano crevettes sans filtre. Mise en eau le 14 octobre, introduction de Red Cherry 5 semaines plus tard : 5 d'animalerie, 10 d'un particulier un peu plus tard. J'ai aujourd'hui pas mal d'ostracodes (arrivées avec les crevettes du particulier je suppose). Ayant peur d'une invasion, que me conseillez-vous pour réguler leur population ? Merci.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Karine,

    Soit vous, si vous le pouvez, mettez un poisson qui va régler le problème et quand le problème est réglé vous le retirez, soit il faut les capturer à la main.

    Il faut mettre un petit bout de légume poché, courgette, carottes ou autre dans le bac, et lorsqu'ils vont essayer de le manger retirer les avec une petite épuisette.
    Ou alors vous pouvez très bien les siphonner et les mettre au compost, vous pouvez aussi les vendre sur internet.

    Faut savoir qu'ils sont inofensifs pour le vivant, c'est juste une question d'esthétique lorsqu'il y en a trop.

    Dani

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour. Merci pour votre réponse rapide. Je vais suivre votre conseil et mettre un poisson quelques jours. J'ai oublié de vous dire que votre blog est super, j'avais laissé l'aquariophilie de côté car cela me prenait trop de temps (nettoyage du filtre, changements d'eau...) et je m'y remets tranquillement du coup !
    Karine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,

      Ah ben merci!
      C'est vrai que grâce au low-tech on a plus grand chose à faire, c'est plus de temps pour l'observation du bac et non pour son entretien, c'est pas négligeable, et surtout, les poissons sont plus heureux!

      PS; c'est rigolo, moi j'ai dû les acheter et vous en avez en trop, des ostracodes... !

      A bientôt.

      Supprimer
  4. Bonsoir,
    J'ai un aquarium de guppies, et y introduire des ostracodes me parait bien compliqué, ils les "gobent" dès leur entrée dans l'eau...y a t-il un truc..???
    Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,

      En fait là c'est trop tard, effectivement, les poissons se jettent dessus si on les introduit une fois que le bac est peuplé.

      Il faut les introduire avant les poissons, pendant le cyclage du bac par exemple, et prévoir plein de cachettes où ils pourraient se réfugier, ils aiment bien se cacher sous les feuilles mortes.

      Là c'est, donc, trop trop tard.

      En revanche si vous aimez les aselles, elles, vous pourriez les mettre même avec les poissons...faut mettre deux ou trois feuilles mortes pour que les aselles se planquent en dessous et une fois que les feuilles ont coulé introduire les aselles.

      Voilà

      Bonne soirée
      Dani

      Supprimer
  5. bonjour
    Ou je peux trouver une souches de aselles et de ostracode
    a part d aqualiment
    merci

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Fred..

    A part Aqualiment je vois pas, il y avait bien Abricia mais je crois que ça a fermé. Après si tu commandes des plantes pour bassin tu vas avoir des Aselles avec, c'est comme ça que j'ai eu les miennes. Je te donne l'adresse du site au cas où.. "http://site.plantes-web.fr/jardindeau/728/boutique/col201/les_plantes_oxygntes201.htm"
    J'ai commandé chez eux des elodées et j'ai reçu plein d'aselles avec les plantes, et gratuitement les aselles, en plus elles étaient en super forme!
    Salut.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour!

    Merci pour cet article très intéressant!

    J'ai un nano aquarium de 15L spécifique red cherry. Il est en lowtech, j'ai seulement un apport de lumière, pas de chauffage et le filtre est censé être.. mes ostracodes.

    J'ai eu un pic de population d'ostracode depuis l'introduction de mes red cherry et j'ai vraiment bcp bcp d'ostracodes. Ca ne me gène pas visuellement mais le soucis c'est qu'ils s'attaquent à mes plantes! je vois des feuilles détachées de leur tige remonter à la surface et se faire dévorer par les ostracodes...

    J'ai bien lu la technique du légume poché pour en attraper quelques uns (mieux que l'épuisette :) )

    Mais est-il normal qu'ils s'attaquent à mes plantes?

    Je nourris quotidiennement mes crevettes, j'en ai un dizaine, je mets 3-4 granulés ou mini pastilles vertes d'un pot JBL, est-ce trop peu? ou trop? je ne sais pas si les ostracodes se sont multipliés par trop ou trop peu de nourriture... ou si ils se sont multipliés naturellement et que je ne nourris pas assez ce qui explique qu'ils mangent mes plantes...

    Avez-vous une idée?

    Merci! :)
    Delphine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Delphine et bienvenue !

      Quelle chance! Perso, j'ai du mal à les conserver; ils se font manger irrémediablement par les poissons, même par les micro-poissons.

      Il existe des dizaines d'espèces d'Ostracodes, certaines sont plus ou moins invasives.

      Pour vous, oui, là vous en avez trop. Ils s'attaquent aux plantes car en trop grand nombre et pas assez de déchets comme nourriture, du coup ils mangent aussi les végétaux en bonne santé, ce qu'ils ne font pas d'habitude.
      Contrairement aux escargots, la population des ostracodes ne se régule pas d'elle-même. La solution c'est de les attraper avec une petite épuisette et un siphonnage avec un petit tuyeau à air.
      Ou alors, faut metrre un poisson dans le bac sans le nourrir, il finira pas décimer la population, si c'est possible évidemment...

      Pour le nourrissage des crevettes, personnellement, je ne les nourris que rarement, quand j'y pense en fait.
      Mais vous, vous devriez continuer puisque, apparemment, ça ne pose aucun problème. Et puis, vu la taille du bac, elles ne trouvent pas de nourritre en abondance.

      Ne réduisez pas le nourrissage en pensant que la population des Ostracodes va baisser, j'ai bien peur que ça ne change rien, ils con tinueront à manger les plantes de plus belle. Les nourrir, non plus, n'est pas une bonne idée, ils vont croitre encore plus rapidement.

      En bref, vaut mieux les éliminer soit avec une épuisette, soit en les aspirant avec un petit tuyeau...

      Voilà

      Amicalement
      Dani

      Supprimer