lundi 1 octobre 2012

Septembre 2011, mon premier bac naturel!


Après plusieurs années de pose j'ai eu de nouveau envie d'admirer un jardin aquatique dans mon salon. Il est prouvé qu'après une journée de dur labeur l'observation d'un paysage aquatique, dans lequel évoluent des poissons paisibles, est relaxant et déstressant, si, si, c'est prouvé.

Mais cette fois je voulais un bac facile à entretenir et demandant peu d'interventions diverses et variées et, surtout, sans filtration artificielle, comme à mes débuts en aquariophilie lorsque je faisais mon substrat moi-même ou que mon seul moyen de filtration était un simple filtre sous-sable. A cette époque ces filtres étaient en vogue puisqu'il fonctionnaient très bien, aussi bien dans les petits que dans les bacs plus grands.  

En septembre 2011, après des déconvenues de toute sorte, j'ai décidé de refaire un bac. Mais j'ai supprimé le filtre, j'ai changé la population et les plantes, j'ai introduit des Aselles qui rendent bien service en dévorant les déchets organiques. J'ai dû me résoudre à utiliser un exhausteur pour créer un léger mouvement de l'eau, et pour briser le film gras qui se formait à la surface. Ce n'est pas une solution idéale car un exhausteur élimine le CO2 nécessaire aux plantes, mais à ce moment là je n'avais aucune autre solution.

Le substrat était du sable de Loire avec une belle racine posée sur le sol en guise de décor, des feuilles mortes bénéfiques pour les poissons mais aussi pour le sol. La végétation était composée majoritairement de plantes simples et surtout 100% aquatiques comme l'Egéria densa, de Cératophyllum Demersum, de Salvinia natans, de quelques Pistia stratiote et de superbes pieds d'Anubias nana. Pour l'éclairage, deux tubes T5 de 24W. Pas de thermoplongeur, l'eau était à température ambiante entre 20 et 21°

La population du bac :
  •  40 Tanichthys Albonubes environ, poissons qui venaient de mon bassin où ils se sont montrés plus que prolifiques puisqu'ils étaient 15 au départ.
  •  6 crevettes Red Cherry, jamais nourries, car elles trouvaient ce dont elles avaient besoin dans le bac naturellement, et, compte tenu de leur taille et de leur belle couleur, ce régime semblait leur avoir réussi.
  • Quelques Aselles qui se sont multipliées aussi.
C'est un aquarium sans filtration, sans chauffage, sans siphonnage, je ne faisais aucun changement d'eau, je compensais uniquement l'évaporation par de l'eau de pluie.




Ce bac a tourné ainsi pendant huit mois, sans aucun souci, ni désagrément d'aucune sorte, sans aucune perte, jusqu'au mois d'avril de cette année quand mes poissons, les crevettes et les Aselles ont rejoint le bassin à l’extérieur. Mais, et juste avant de partir en bassin, en mars 2012, les poissons ont eu la délicatesse de me remercier en me donnant une descendance nombreuse.

La conclusion de cette expérience est qu'aujourd'hui je vis l'aquariophilie plus sereinement, et grâce à la méthode low-tech de Diana Walstad, je repars sur de nouvelles bases. Mes poissons semblent aussi apprécier et semblent 'heureux'. Quant à mon filtre Eheim d'une capacité de 620l/h, il attend patiemment un repreneur, si vous êtes intéressés, merci de me laisser un message!

Aujourd'hui, ce bac fait l'objet d'une nouvelle expérience, il s'agit de créer un biotope amazonien "eau-noire" et toujours en low-tech, sans aucune filtration, mais cette fois sans plantes purificatrices non plus! C'est fou, non ? C'est en tout cas possible puisqu'il tourne déjà depuis plusieurs mois sans aucun souci, mais ça fera peut-être l'objet d'un autre billet prochainement.

D'ici là, stay in touch! 

2 commentaires:

  1. Salut!

    Il est sympatoche ce bac, en tout cas j'aime bien...même si les photos sont pas terribles et la video on voit la télé...lol
    Avec quoi tu nourri tes poissons?

    RépondreSupprimer
  2. Salut!

    Tu n'as pas vu la partie nourriture vivante ??

    Oui je sais, la qualité de la vidéo et des photos n'est pas top, mais rassure-toi, je me soigne!

    RépondreSupprimer