samedi 27 octobre 2012

L'Elodée!


Tout le monde la connaît mais beaucoup la snobent!

C'est l'Egeria densa ou l'Elodée.

Elle est rustique, peu exigeante, mais préfère tout de même une eau suffisamment minéralisée, dans une eau trop douce il y a précipitation de calcaire, c'est le dépôt blanchâtre que l'on voit sur son feuillage. Placée dans un bassin à l'extérieur elle ne demande que peu de lumière, dans un aquarium un éclairage plutôt fort est souhaitable. Se développe très bien en tant que plante flottante, aucun substrat n'est donc nécessaire. Avec la Cératophyllum demersum c'est une plante que l'on doit mettre dans aquarium nouvellement installé, il sera toujours possible de la contenir plus tard lorsque le bac sera équilibré.
Dans son milieu naturel elle atteint jusqu'à 2 mètres ou plus, en aquarium plusieurs dizaines de centimètre. Il ne faut pas la maintenir dans une eau trop chaude et trop ongtemps.
C'est une plante sexuée ou dioïque, les plants mâles et femelles font des fleurs blanches à trois pétales, et dans son milieu d'origine la multiplication se fait par pollinisation.

En Europe seuls les plants mâles sont présents, la multiplication se fait uniquement de manière végétative, par bouturage des rejets latéraux.

Originaire d'Amérique du Sud, elle est présente pratiquement partout dans le monde propagée par l'aquariophilie. C'est une plante 100% aquatique qui est pratiquement increvable. Irremplaçable pour les aquariums, bassins et poubellariums sans aucun système de filtration, elle n'a que des avantages:
  • Elle absorbe l'ammonium et maintient l'eau saine et pure,
  • Elle permet d'adoucir l'eau par sa capacité à fixer le calcaire,
  • Elle est extrêmement oxygénante,
  • Elle offre des refuges aux alevins,
  • Elle abrite le zooplancton,
  • N'est pas appréciée par les poissons herbivores et les invertébrés,
  • Elle concurrence les algues et les tiens en échec,
  • Contrairement à l'Elodée canadensis, l'Egeria densa supporte des températures plus chaudes.


On peut la laisser flotter à la surface, en se développant elle va permettre de tamiser la lumière ce qui va sécuriser les poissons et accentuer leurs couleurs naturelles. Si on souhaite la maintenir plantée dans le substrat, il faut espacer les tiges les unes des autres pour laisser la lumière atteindre la base, dans le cas contraire elle va se décharner en perdant ses feuilles les plus basses.


A l'extérieur, de juin à octobre, et grâce à la lumière solaire, elle va produire des fleurs sur une hampe de 2 à 3 cm de hauteur. Elle n'a besoin que d'une heure de soleil par jour pour envahir tout un bassin.  Elle jaunie et dépérit en perdant ses feuilles en verticilles durant les mois très froids, mais peut repartir au printemps à partir d'un simple centimètre de tige, elle est capable de supporter de grands écarts de température et même de survivre aux hivers s'ils ne sont pas trop longs et si la plante ne gèle pas entièrement. 

En fait, il semble qu'elle ait une grande capacité d'adaptation et prolifère dans des eaux, températures, luminosité et des milieux aquatiques très différents. C'est pour cela qu'elle est intéressante pour beaucoup d'aquariophiles qui ne souhaitent pas succomber aux modes et préfèrent mettre à profit ses qualités.

Photo: http://doris.ffessm.fr
Il existe aussi une autre variété disponible dans le commerce, c'est l'Elodée canadensis. Celle-ci est originaire d'Amérique du Nord et possède les mêmes qualités que l'Egeria densa d'Amérique du Sud, à ceci près que la canadensis ne supporte pas les températures élevées sur une longue période, et est donc plus adaptée aux aquariums d'eau froide. Les deux espèces sont souvent confondues mais l'Elodée canadensis produit des fleurs rosées et non blanches. Tout comme l'Egeria densa, l'Elodée canadensis est aussi considérée comme une plante invasive. Elle provoque de nombreux dégâts dans les marais, les rivières, lacs et cours d'eau, elle supplante la flore locale, obstrue les canaux de navigation et empêche la migration des poissons.

Ces deux plantes ne doivent pas être jetées dans la nature mais doivent être détruites.

Profitons des bienfaits de cette plante tout en protégeant nos plans d'eau locaux! 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire