dimanche 29 avril 2012

Suite et fin de l'aventure avec les Tanichthys Albonubes !


Voilà, c'est fait, il y a une semaine déjà que les Tanis ont rejoint leur résidence d'été qu'est mon bassin. Vous savez ces cuves noires que l'on voit dans les jardineries et dans lesquels sont stockées les plantes de berge et autres plantes semi-aquatiques? Ce n'est pas une poubelle et même s'il répond aux critères posés par les poubellariophiles, je ne pouvais lui donner le nom pompeux de poubellarium, et comme ce n'est pas non plus un véritable bassin mais plutôt une grande bassine, je n'ai eu d'autres choix que de lui donner le nom, non-moins pompeux, de bassinarium!


C'est une grosse bassine de 300l, mise en eau en avril 2009, dans laquelle ont évolué des poissons rouges, jusqu'à ce que je découvre les Tanichthys Albonubes. Et c'est en mai 2011 que j'ai remplacé, tout naturellement, les poissons rouges par une quinzaine de ces petits poissons espiègles et pas difficiles pour un sou. Les poissons rouges ont rejoint un bassin beaucoup plus grand et plus adapté à leur besoin en espace. J'en profite pour remettre les pendules à l'heure, les poissons rouges ne craignent absolument pas l'hiver, chez moi, ils ont passé deux hivers sous une mince couche de glace, sans nourriture et sans filtration aucune, au printemps ils étaient encore plus beaux, plus vifs et plus éclatants. Soit dit en passant, ils adorent brouter les lentilles d'eau, leur en donner une fois pas mois est bénéfique pour leur santé, ne pas oublier que ce sont des omnivores et qu'ils ont besoin de nourriture végétale.
Les Tanis sont restés dans le bassin jusqu'à l'automne de la même année, période à laquelle je les ai rentrés dans mon aquarium de 255l. La pêche fut difficile et deux d'entre eux sont restés à l'extérieur car je n'ai pas réussi à les attraper à cause de l'épaisse vase dans laquelle ils ont trouvé refuge.

Vous n'arrivez pas à suivre? C'est normal, moi-même je m'y perds un peu, alors récapitulons :

  • Avril 2009, mise en eau du bassin avec filtration seulement durant les beaux jours.
  • Mai 2009, introduction de 4 poissons rouges.
  • Avril 2011, les poissons rouges quittent mon bassin.
  • Mai 2011, introduction de 15 Tanichthys Albonubes dans le bassin sans aucune filtration.
  • Juin 2011, des alvins en masse!
  • Novembre 2011, les Tanis, une cinquantaine à présent, sont rentrés en aquarium, sauf deux d'entre-eux qui sont restés dans le bassin.
  • Avril 2012, les Tanis sont remis en bassin.

Alors et pour en revenir à mon introduction, c'est un peu par hasard que je me suis décidé, la semaine dernière, à remettre les Tanis en bassin. C'est en faisant le nettoyage de printemps de mon bac que j'en ai attrapé un par mégarde avec les plantes flottantes en surplus. Alors que je m'apprêtais à composter tout ça, je me suis aperçu qu'un petit Tanis se trouvait dans mon récipient, et comme je me trouvais à ce moment-là près du bassin et que je ne crois pas au hasard, je me suis dit: « tiens, ça c'est un signe, il est temps de les remettre dans la nature!». Aussitôt dit, aussitôt fait, voilà qu'il se retrouvait à nager dans mon bassinarium. Après quelques minutes d'observation et voyant qu'il se sentait bien; sa première réaction fut de gober tout ce qui se trouvait à la surface, je me décidais à les remettre tous à l'extérieur.
Heureusement que ces petits poissons, charmants et peu farouches, se sont laissés faire sans rechigner, ils entraient pratiquement tout seuls dans mon récipient en plastique. Ils ont dû sentir, après avoir passé six mois en aquarium, qu'ils allaient rejoindre de nouveau un espace plus grand, sans personne pour les lorgner à longueur de temps.

Il faut que je dise, quand-même, qu'ils sont passés d'une température de 21° à une eau de 15°, six degrés de différence, c'est pas rien tout de même. Faut dire aussi que je ne les ai pas jetés dans le bassinarium sans aucune préparation, j'ai mélangé petit à petit l'eau du récipient avec celle du bassin, histoire de leur épargner un choc thermique trop brutal. Oui, je sais, ma bonté me perdra!

Du coup les deux Tanis que je n'a pas réussi à attraper l'automne dernier et qui ont, donc, passé tout l'hiver dehors planqués au fond du bassin sous les feuilles mortes, sont finalement sortis de leur cachette en se disant, » enfin de la chair fraîche, nous on est pleines et on en peut plus! » Car il semble bien s'agir de deux femelles Tanis, tant elles sont énormes, elles devaient attendre impatiemment la venue des mâles, histoire de répondre à l'appel irrésistible de la nature. Je m'attends, donc, à être de nouveau papa, voire grand-papa d'ici peu.

Mais ceci prouve, s'il fallait encore une preuve, que ce sont des poissons grégaires et que seul ou à deux, ils ne sont pas à l'aise et passent leur temps à se planquer. Il faut au minimum 6 de ces poissons, aussi beaux qu'intéressants, pour qu'ils se sentent bien et en sécurité, surtout dans un aquarium où les cachettes manquent souvent. Ce qui est intéressant aussi, c'est que ces deux femelles ont survécu sans aucune nourriture artificielle et dans une eau plus que froide avec un hiver à -2 cette année, et malgré ces conditions rudes elles sont plus grandes, mis à part leur gros ventre, plus colorées et vives que leurs compagnons restés dans l'aquarium au chaud.

Acorus decoratum, Bletilla striata
Alors, pour ceux qui voudraient un coin de vie aquatique dans leur jardin, et qui ne peuvent s'offrir un grand bassin digne de ce nom, ce petit poisson fait très bien l'affaire, s'il est installé à plusieurs dans une grande bassine. Il n'a que des avantages sans les inconvénients, il est beaucoup moins pollueur que les fameux poissons rouges, peu exigeant quant aux paramètres de l'eau, n'a pas besoin d'un grand espace et vit très bien en eau froide, en plus il se délecte des larves de moustiques, que des avantages disais-je!

Aujourd'hui j'ai dû me résoudre à faire un peu de ménage dans leur résidence d'été qui va, d'ailleurs, devenir leur résidence à l'année. J'ai enlevé un seau d'algues filamenteuses qui devenaient vraiment trop envahissantes réduisant d'autant l'espace de nage aux poissons. Avec les algues, j'ai attrapé quelques larves de libellules de différentes tailles et j'entends déjà les récriminations de mon copain Charlie, mais c'est avec la conscience tranquille que je les ai compostées sans pitié aucune! Faut pas abuser, la place ne manque pas dans le quartier, elles n'ont qu'à établir leurs domicile chez mon voisin, chez lui pas de poissons et, donc, pas de reproductions, elles y seront bien avec les larves de moustiques, les Dytiques et les araignées d'eau, chez lui elles ne feront aucun mal, nom de nom! De toute façon il en reste encore au fond de mon bassinarium, ça doit même pulluler de larves en tout genre...

En faisant la poussière dans leur gîte, j'ai remarqué des pousses bien vertes sur les brins de Cératophyllum et d'Elodée restées dans le bassin durant l'hiver. Je n'avais pas envie de les enlever, oui je sais, je suis un tantinet fainéant. Mais il semble que j'aie bien fait, en fait ces plantes résistent à l'hiver mieux que prévu. Il est vrai qu'avec le froid elles jaunissent puis se désagrègent, mais ce processus étant assez lent, les plantes arrivent à passer les quelques mois d'hiver et n'ont pas le temps de disparaître complètement. Ainsi, dès les premiers rayons de soleil elles repartent de plus belle! J'ai même remarqué au fond une pousse de Cardamine Lyrata d'un vert tendre, jetée nonchalamment dans le bassin l'année dernière, qui reprend également, j'espère qu'elle réussira à prospérer.

Dans le but de leur faciliter la vie, je leur ai rajouté quelques brins d'Elodée et des Pistias qui viennent de mon bac, car bien que les plantes restées dans le bassin reprennent, il n'y en a pas assez pour leur offrir des cachettes et des supports de ponte. Quand il fera plus chaud je leur mettrai des Hygrophila, comme l'année dernière, et d'autres plantes flottantes. Les Hygrophila seront magnifiques avec leurs sommets qui percent fièrement la surface.

Il manque encore de la végétation, mais ce n'est que provisoire, il faut que les températures montent encore pour que les plantes puissent donner le meilleur d'elles-mêmes. Alors voilà un petit aperçu de mon bassinarium à travers ce petit film, histoire de prouver que mes Tanis sont heureux!


Si vous vous demandez quelles sont les plantes entourant le bassin, ce sont des saponaires qui prospèrent au bord des ruisseaux. Elles font de magnifiques fleurs roses très odorantes et pleines de mousse, ce n'est pas pour rien qu'on les appelle "herbe à savon".

Installation: Le bassin est installé à l'ombre, il y a seulement 2 heures de lumière par jour, le reste du temps seuls quelques rayons percent les branches des arbres. Ça permet de garder l'eau fraîche même en plein été et ça limite la prolifération des algues. L'eau du bassin est à 80% de l'eau de pluie, l'été, seulement, je rajoute de l'eau de conduite à cause de l'évaporation. Il y a tout un tas de feuilles mortes tombées naturellement des arbres durant l'automne, l'eau doit être plus douce et légèrement acide. Le substrat est composé de sable de Loire, de puzzolane et autres graviers et d'un peu de terreau.

De la faune: Mis à part les Tanichthys il y aussi des Aselles, des Physes beaucoup plus gros que ceux de nos aquariums, des larves de libellules, un Notonecte, vous savez cette bestiole qui nage gracieusement à la surface de l'eau la tête en bas, et enfin, une grenouille verte semble avoir établi domicile dans le bassin, à la tombée de la nuit ses croassements résonnent dans tout le quartier. 

De la flore: Pour le moment il y a des brins d'Elodée et de Cératophyllum Submersum, des Pistia stratiotes, des Salvinia natans, des brins de Myriophyllum brasiliensis qui reprennent vie, une Bletilla Striata, orchidée aquatique avec ses magnifiques fleurs mauves et un Acorus decoratum. D'autres plantes viendront compléter la flore comme l'Azolla caroliniana et l'Hygrophila corymbosa. Il y a bien sûr des algues, mais c'est normal et même souhaitable. Elles fournissent un support au zooplancton et la nourriture aux alvins. 

Entretien: Méditez ce vieux proverbe chinois:

"Plus une eau est propre, moins il y a de poissons dedans !"

Comme il n'y a pas de filtration, il n'y a pas de nettoyage des masses filtrantes non plus. Seulement, deux à trois fois par an, suppression du surplus d'algues filamenteuses et, durant l'été, rajout de l'eau de conduite à cause de l'évaporation. Pas de nourrissage, la nature se charge de nourrir les habitants du bassin.

Je puis vous affirmer que l'eau est saine; j'ai failli plonger la tête la première dans le bassin tellement l'odeur qui s'en dégage me rappelle les ruisseaux des sous-bois.  Je pense que ces conditions de maintenance se rapprochent le plus fidèlement possible de l'habitat naturel des poissons.
C'est une expérience à tenter avec la plupart des Danio, qui vivent dans les ruisseaux entre l'Asie et l'Inde, dans une eau fraîche. Même si les Tanichthys supportent une couche de glace, je tiens à préciser quand-même que je suis dans le Sud de la France. 

Voilà pour ce qui est de cette petite aventure pleine d'enseignements en tout genre. A conseiller, donc, à tous ceux qui souhaitent avoir une mare dans leur jardin, cela avec peu de moyens, d'énergie et de temps! 

Épilogue: Enfin, ce n'est pas vraiment la fin de cette histoire, puisque dorénavant les Tanis vont rester en bassin toute l'année, il y aura sans doute beaucoup d'autres choses à raconter. Il s'agit seulement de la fin de leur voyage entre le magasin, l'aquarium et leur habitat définitif qu'ils ont bien mérité. A plus tard, donc, pour d'autres aventures aquatiques!

6 commentaires:

  1. Super aventure. Ce post confirme mon idée de réaliser un bassinarium de 300l à l'année dans mon jardin, sans doute avec des tanichthys ! Merci pour ton blog et de partager ton expérience !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut! Les Tanis sont résistants, mais sont aussi très prolifiques, tu vas en avoir beaucoup....Avec 15 au départ j'en ai eu plus d'une centaine en même pas 2 ans. Heureusement, j'ai trouvé des preneurs si non le bassin serait devenu vraiment trop petit.

      Bonne continuation!

      Supprimer
  2. coucou Dani, bravo pour tes excellents articles;
    je suis sur Contes, je me convertis à la poubelariophilie :-)
    si tu as des trucs en trop a donner je suis preneur de tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour !

      Effectivement j'ai des trucs à donner...mais contacte-moi par email...

      Supprimer
  3. MERCI pour toutes ces astuces c'est vraiment super !perso j'ai deux bacs tonneaux en bois dans le jardin avec plantes et deux poissons rouges dans chacund des bacs la profondeurs des bacs environ 45cm ,je m'inquiète pour cet hiver comment doit je faire pour préparer les bacs au gel et quand arrêter de les nourrir MERCI

    RépondreSupprimer
  4. Salut!
    Faut arrêter de les nourrir quand il fait très froid, d'ailleurs on ne voit plus les poissons car ils se maintiennent au fond.
    Mais chez vous la profondeur est trop faible, si vous êtes dans une région où il neige vous risquez de perdre les poissons. Si vous êtes dans le sud ça devrait aller.

    RépondreSupprimer