dimanche 5 août 2018

Attention à la canicule!

Hier matin, en observant l'aquarium, je me suis aperçu que la respiration des poissons était inhabituellement rapide.

Je précise que l'éclairage n'était pas encore allumé. Je l'ai observé de nouveau l'après midi, une heure après la mise en route de l'éclairage, et là les poissons respiraient normalement.

A l'évidence ils manquaient d'oxygène.

Mais c'est bien sûr, ça s'appelle la photosynthèse. La nuit les plantes consomment l'oxygène et vu la jungle dans cette aquarium elles devaient en consommer beaucoup. Pour rappel, durant le jour la végétation consomme le CO2 et rejette de l'oxygène, alors que la nuit elle consomme l'oxygène et rejette le CO2. Ceci explique la respiration rapide des poissons quand il n'y a plus de lumière puisque l'oxygène se raréfie.

J'ai fait un test de l'eau, pas fait depuis 2016, pour être sûr qu'il n'y avait pas une montée de nitrates ou nitrites.

Les résultats sont négatifs, pas de nitrites, pas de nitrates, les deux sont indétéctables. Le pH est à moins de 6.5. La température est entre 26 et 28° entre le matin et le soir. C'est donc bien un problème de manque d'oxygène qui se manifeste uniquement lorsque l'éclairage est éteint.
Dans mon précédent article j'avais indiqué avoir supprimé le brassage de l'eau. Hé bien, me voilà obligé de remettre en route un petit filtre cascade histoire de redonner du souffle à mes petits poiscailles. En fait, ce filtre cascade ne filtre rien du tout, il ne peut servir qu'à brasser l'eau d'un petit aquarium, pas à filtrer son eau. Sans rentrer dans les détails, il m'a été livré sans masses filtrantes, et sa conception rudimentaire empêche un véritable pouvoir de filtration. Mais comme je suis en low-tech son pouvoir de filtration ne m'intéresse pas, en revanche, ce petit filtre est très utile pour augmenter la circulation d'une manière idéale, on peut même régler le débit. Puisqu'il s'accroche à l'aquarium il ne prend pas de place à l'intérieur du bac, et se rince facilement en le décrochant simplement sans devoir mettre les mains dans l'aquarium. Si vous souhaitez en savoir plus vous pouvez le trouver pour quelques euros sur ce site parmi d'autres. 

Pour favoriser une pénétration maximale de l'oxygène j'ai supprimé pas mal de flottantes, j'ai laissé quelques spécimens de chaque espèce et mis au compost tout le reste. Quand les flottantes  recouvrent toute la surface elles empêchent les échanges gazeux et la pénétration de l'air dans l'eau. C'est une chose à ne pas oublier surtout en période de canicule. 

J'en profite pour faire un autre rappel, trois paramètres sont importants pour nos bacs low-tech, le pH, les bactéries, et l'oxygène:

Le pH: On sait que les déchets tels que l'urine, les excréments, les débris végétaux,  cadavres d'escargot ou autres se transforment en ammoniaque très toxique pour les poissons. Dans une eau légèrement acide l'ammoniaque se combine à de l'hydrogène actif et devient de l'ammonium. L'ammonium est un engrais naturel et  facilement assimilable par les plantes, c'est pour ça qu'on a pas besoin d'un filtre.
En revanche dans une eau plus dure l'ammoniaque ne peut pas se transformer en ammonium  et reste sous sa forme toxique, surtout si le pH est au dessus de 7.
Donc, il vaut mieux avoir une eau légèrement acide et douce si on veut espacer les changements d'eau et se passer des filtres. Il faut viser un pH en dessous de 7 sachant que 6.5  est l'idéal. 

L'oxygène: Tout ce processus de transformation de l'ammonique en ammonium est effectué grâce aux bactéries aérobies, c'est à dire qu'elles ont besoin d'oxygène pour bien travailler. Un aquarium bien oxygéné est donc idéal pour favoriser un milieu aquatique sain. C'est pour ça qu'il faut veiller à laisser une partie de la surface libre et qu'il vaut mieux avoir un léger brassage. C'est surtout vrai pendant les périodes très chaudes, le reste du temps le brassage n'est pas une obligation.
C'est d'autant plus vrai que l'aquarium est bien peuplé, comme le mien. Si vous avez un grand bac avec très peu de poissons ces obligations ne s'appliquent pas forcément.

La température: Plus la température est élevée et plus les poissons auront besoin d'oxygène. Paradoxalement, plus la température s'elève et moins il y aura  d'oxygène disponible dans l'eau. C'est surtout le cas l'été et lors de changements de pression atmosphérique. Ce qu'il faut retenir c'est que l'été l'aquarium (poissons+plantes+bactéries) a besoin d'un supplément d'oxygène, et il ne faut pas hésiter à rajouter un bulleur ou une pompe de brassage. Le signe d'un manque d'oxygène est la respiration rapide des poissons et le fait qu'ils montent souvent à la surface pour piper l'air.


En conclusion:

Pour un milieu aquatique idéal il faut un pH en dessous de 7, une eau légèrement acide, une température inférieure à 25°. L'été il faudra compenser l'élévation de la température par une oxygénation plus importante soit en rajoutant un bulleur soit en ajoutant une pompe de brassage. Cet apport supplémentaire d'oxygène devra se faire surtout la nuit, moment où l'oxygène manque le plus.

Sur ce bonnes vacances et see ya! 😎

Dani

vendredi 22 juin 2018

Pas mal du tout!

Voici un dernier article sur mon petit aquarium avec terreau, histoire de faire un petit bilan et de montrer ce que ça donne au bout d'un an et six mois.

Il y a eu de petits changements au niveau de la population d'abord. J'ai dû me débarrasser de mon bassin et j'ai dû donner une partie des poissons. J'en ai gardé quand-même une huitaine que j'ai mais dans mon aquarium avec terreau. Ils cohabitent maintenant avec une dizaine de Boraras naevus. Je dois dire que la vie en groupe se passe remarquablement bien. Les Naevus, pas timides pour un sou, n'y trouvent rien à rdire. Lorsque je regarde le bac, photo ci-contre, je n'ai pas l'impression qu'il s'agit d'un bac de 55l seulement. Je précise qu'il n'y a aucun problème de cohabitation, voire de surpopulation, les poissons semblent heureux! De toute façon, contrairement à ce qui est dit ici et là, et pour les avoir vus évoluer dans un bassin de 300l, les Tanichthys n'ont pas besoin d'un espace de nage si grand que ça, un bac de 60cm est un minimum.

La végétation a explosé durant ces dernières semaines, ça devient une véritable jungle. Mais je ne jardine pas tant que ça. Une fois par mois j'enlève les stolons des Vallisnéries qui viennent trop près de la vitre frontale, et j'enlève le surplus de flottantes qui prennent trop de lumière aux plantes en dessous. Il faudrait que j'éclaircisse aussi les tenellus à l'avant, oui sans doute, un de ces jours...
La racine, que je trouvais si jolie, est maintenant complètement cachée par la mousse de Java. Elle n'est plus du tout visible à partir de la vitre frontale, là aussi, il faudrait que j'intervienne.
C'est le pourquoi de cette photo ci-contre.
L'Echinodorus bolivianus se plait beaucoup, c'est une véritable découverte! C'est une très jolie plante, elle est idéale pour les petits aquariums, mais plus de détails lors d'un prochain épisode.



Autre changement depuis le dernier article, aujourd'hui il n'y a plus de brassage du tout. En fait, lors du dernier nettoyage de la turbine, j'ai oublié de la remettre en route. Le bac a l'air de tellement bien se porter que j'ai décidé de ne pas la réutiliser. C'est vrai que la brassage n'est pas obligatoire pour tous les aquariums, il est surtout utile pour les bacs aux dimensions hors norme. Ceux dont la hauteur est supérieure à la largeur, freinant ou empêchant les échanges gazeux, ce qui n'est pas le cas de celui-ci. L'eau reste parfaitement limpide, l'odeur qui s'en dégage est comme celle d'un ruisseau, pour sûr, tout va pour le mieux!

Voici une vue d'ensemble.


Pour terminer, voilà une petite vidéo du bac. J'ai filmé les poissons et leur état d'excitation après les avoir nourris avec des larves de moustiques en grand nombre, quel bonheur pour  eux, leur instinct de chasseur est en éveil!






Même si j'ai des critiques quant au choix de la végétation, je trouve que ce petit bac est vraiment pas mal du tout, mais je ne sais pas combien de temps vais-je le garder avec cette configuration.
J'ai déjà d'autres idées d'agencement et ça me titille...wait and see.

J'en profite pour remercier tous ceux qui m'ont contacté pour leur gentillesse et pour leurs encouragements, au plaisir de vous lire et relire.


Amicalement
Dani

jeudi 12 avril 2018

Aquarium avec terreau, et après?

Que peut-on faire lorsqu'on a mis du terreau dans le sol de son aquarium, peut-on changer la végétation sans être obligé de tout refaire?
Le bac, ci-contre, tourne depuis fin 2016 et j'ai eu envie, en ce début 2018, de modifier son aspect en changeant carrément la végétation. Et ça c'est pas évident à cause de la couche de terre sous la sable. Avec ce genre d'installation il vaut mieux éviter de toucher et retoucher. Mais je suis du genre aventureux et ça me fait pas peur de mettre les mains dans la gadoue! 

Alors voilà comment j'ai procédé:

Pour arriver à travailler délicatement il faut des outils, ne dit-on pas d'ailleurs qu'un bon ouvrier n'est rien sans ses outils, ou quelque chose dans le genre ?! Moi j'ai utilisé une pince et je dois dire que c'est quand même bien pratique! C'est surtout utile pour  éviter de tout remuer. Pour enlever les plantes il faut déterrer les racines et ce plant par plant. J'y suis allé doucement en enserrant le collet de la plante et en tirant  dessus légèrement jusqu'à voir les racines.
A ce stade, en plus de la pince, il faut aussi une paire de ciseaux spéciale aquascaping, rien que ça! Une fois les racines en évidence il suffit de les couper le plus près possible du sol, comme sur la photo ci-contre. J'ai pas cherché à sortir les racines, c'est simplement impossible, il suffit de les laisser dans le sable.  Elles disparaitront peu à peu mangées par les bonnes bactéries dont le substrat est rempli. Ben oui, le sable est rempli de millions de bactéries surtout celui avec du terreau, on l'a déjà vu dans l'article précédent, hein ?!

J'ai taillé les racines d'une plante avant de la replanter, c'est une plante que je voulais déplacer. Toujours avec cette pince magique, je l'ai sortie, taillée puis replantée ailleurs donc, vous suivez toujours? Certains me diront qu'on peut utiliser une pince à épiler, oui peut-être, mais une pince à épiler risque d'abîmer le collet de la plante car trop coupante.
Voici ci-contre la plante taillée prête à être replantée. Pas la peine de chercher à enfouir les racines trop profond, il faut simplement que la plante ne puisse remonter et flotter à la surface. Le but est de ne pas remuer la couche de terreau. 
Ca a l'air simple comme ça, mais il s'agit de plantes de petites tailles, on peut pas faire la même chose avec de grosses Echinodorus ou des Hygrophila, avec ces dernières on ne peut faire autrement que de refaire le bac entièrement.
Pour résumer, j'ai coupé les plantes dont je voulais me débarrasser en laissant les racines dans le sable. Ca semble tout bête finalement en une phrase!

Une fois les plantes sorties j'ai pu mettre ma racine, oui, on ne se refait pas, pour moi une racine ou du bois flotté donne un aspect très naturel au bac. Pour dire les choses autrement, je ne suis pas fan des bacs de type hollandais avec une multitude de plantes différentes, je ne retrouve pas cet aspect naturel particulier.

Sur la photo on voit encore un buisson de Cryptocoryne, je l'ai enlevé finalement plus tard. Oui, il vaut mieux éviter de changer toute la végétation en une seule fois, il faut y aller par pallier et sur un mois environ. Là j'ai rajouté la Vallisnérie, une Echinodorus, mais de petite taille, et de la Vasicularia. En avant plan j'ai mis l'Echinodorus tenellus, la vraie!

Et voilà ce que ça donne, ci-dessous, après le grand chamboulement.


La végétation se compose principalement de: Vallisnéria spiralis, Echinodorus bolivianus, Echinodorus tenellus, Vesicularia dubyana. Quelques brins de Rotala sp. green qui ont repoussé à partir des racines laissées dans le sable, je verrai si je la laisse...Cela fait un mois que le travail de rénovation est terminé, maintenant il faut que ça pousse!

Pour la petite histoire, l'hiver dernier la t° du bac est descendue à 14,15°et les plantes faisaient la tête, j'ai dû acheter un thermoplongeur que j'ai réglé à 21°. Ce qui était rigolo c'est que les poissons se fichaient royalement de la température, pour eux un bain à 14° était telle une cure de jouvence. Ah oui, il s'agit de 10 Boraras naevus récupérés et placés à la hâte dans ce bac qui sert maintenant de refuge et dans lequel ils se sentent comme à la maison.


Conclusion

J'ai donc réussi à changer la végétation malgré un substrat à base de terreau avec quelques précautions:

- Je n'ai pas éliminé toute la végétation en une seule fois, je l'ai fait peu à peu sur plusieurs semaines
- J'ai remplacé chaque espèce de plante par une autre au fur et à mesure
- J'ai fait un changement d'eau lorsque j'ai trop perturbé le substrat
- J'ai coupé les plantes en laissant les racines

Je précise que ça peut être fait avec des plantes de petites tailles ou moyennes, avec des plantes énormes c'est évidemment plus difficile, voire impossible.

Je dois dire aussi que les poissons se portent très bien et n'ont pas été dérangés par ce chamboulement, il n'y a eu aucune perte. Il semble d'ailleurs que ce soit la période des amours vu leur comportement!

Stay in touch!
Dani

jeudi 11 janvier 2018

Une gazonnante de plus

J'ai déjà parlé de l'Echinodorus tenellus comme gazonnante facile, en voici une autre, c'est l'Eleocharis sp. mini.

Comme son nom l'indique c'est une Eleocharis de taille plus petite.

C'est une proche cousine de l'Eleocharis parvula, mais la mini est utilisée en avant plan sous forme de gazon aquatique. Elle est cosmopolite, on la trouve sur tous les continents dans des zones périodiquement innondées, ce n'est donc pas une aquatique pure. Le sol dans ces zones est constitué par du limon, du sable et de l'argile.

Eleocharis sp. mini en godet
Elle ressemble vraiment à du gazon d'un beau vert tendre, sauf que les feuilles sont fines comme des aiguilles. On la reçoit en godet pour un prix de 6 ou 7€. Un seul godet est bien suffisant pour recouvrir la plage avant de son aquarium. Mais ce n'est pas une mince affaire, on la trouve enroulée en pelote sur elle-même grâce à ses stolons. Il faut donc défaire la pelote en coupant les stolons,  puis planter chaque rhizome avec une pince, oui, une pince est indispensable tellement cette plantule est fine et délicate.

Parait-t-il qu'il faut une injection de Co2 et un substrat riche pour la voir s'épanouir correctement. J'ai tenté de la maintenir dans un sol riche à base de terreau et dans un simple sable.

1) Dans un sol riche

Eleocharis sp. mini sur du terreau
Ci-contre, elle se trouve dans mon aquarium avec terreau, sous un éclairage de type T5 de 24w. Elle s'est developpée assez rapidement et a envahi tout l'avant du bac. Ses stolons courent dans le sol et s'enfoncent assez profondément. En revanche, il faut du temps pour qu'elle s'étoffe et pour qu'elle donne l'aspect recherché d'un gazon touffu.
Elle est maintnue dans un aquarium qui n'est pas chauffé, l'hiver la t° atteint les 19°


Elagage de l'Eleocharis mini
Après deux à trois semaines elle a atteint 6 à 7cm de hauteur, j'ai tenté une taille histoire de voir son comportement. C'est pas une mince affaire, c'est pas évident de traviller dans un petit aquarium, il manque de l'espace pour manoeuvrer avec la pince. Une fois la taille effectuée il faut ramasser les aiguilles coupées qui se mettent partout. Les aiguilles sont assez dures et mettent longtemps à se décomposer, vaut mieux les enlever. La taille ne semble pas la gêner beaucoup, les rhizomes finissent rapidement par donner de nouvelles aiguilles.

Eleocharis en touffe!
Voilà une vue d'ensemble qui permet de voir ce que donne cette plante au bout de plusieurs mois. Je n'ai pas eu la patience de la planter rhizome par rhizome, ce qui aurait donné un effet beaucoup plus homogène. C'est une plante qui permet de tester sa patience ou la travailler, enfin, si on le veut...



2) Dans un sol pauvre

Eleocharis dans du sable
Voilà à quoi elle ressemble dans un sol sableux pauvre. Elle semble vivoter, elle a bien essayé de coloniser l'espace, mais elle reste assez chétive et clairsemée même après plusieurs mois. Je dois dire que l'éclairage doit y être pour quelque chose. C'est une ampoule de 20w pour 55 litres d'eau, et comme l'aquarium est très haut la lumière a du mal à atteindre le fond. J'ai d'ailleurs fini par l'enlever complètement. Il en ressort que cette plante a besoin d'un bon éclairage, deux watts par litre me semble un minimum, sans oublier de tenir compte de la hauteur du bac.


En résumé:

- Question qualité de l'eau, elle accepte tous les paramètres, peu importe si l'eau est dure ou douce, elle s'accomode même d'une eau saûmatre.
- En revanche, côté température, elle accepte mal les grandes chaleurs sur une longue période. Au delà de 25/26° elle cuit, le mieux pour elle est un bac non chauffé ou tempéré.
- Pour la lumière, on a vu qu'elle a besoin d'un bon éclairage, 2 watts pour deux litres d'eau minimum, en dessous elle végète, et il faut tenir compte de la hauteur de son bac.
- Question sol, sans aller jusqu'à mettre du terreau, on peut épandre quelques poignées de "terreau" pour bassin, ça suffit amplement. Ce genre de "terreau" est composé d'argile, de sable et quelquefois de tourbe blanche, ce qui correspond grosso modo au sol que cette plante trouve dans son milieu d'origine.
- Pour l'entretien, il n'est pas nécessaire de la tailler souvent, une taille une fois par an ou tous les deux ans suffit. Pour l'éclaircir et la rajeunir un peu, on peut supprimer les rhizomes les plus anciens, doucement, délicatement avec une pincette.


Bref, c'est une plante qui n'est pas si difficile que ça, qui est jolie lorsqu'elle forme un tapis vert homogène, et qui est prolifique.

Stay in touch!
Dani

mercredi 20 septembre 2017

Une plante aquatique, une vraie!

C'est pas une de ces plantes qu'on aura fait pousser sous serre à l'air libre, dans des godets avec juste les pieds dans l'eau mais avec plein d'engrais, et qu'on vous vendra ensuite comme étant une plante aquatique.
Non, celle-ci pousse vraiment dans son élément d'origine, c'est à dire l'eau, et pas besoin d'engrais, encore moins chimique. Il s'agit là d'une vraie aquatique, une aquatique pure. Vous savez que seules les plantes aquatiques pures, et les flottantes bien sûr, ont ce merveilleux pouvoir de filtration, à l'instar de nos forêts qui purifient notre atmosphère en absorbant la pollution et nous permettant ainsi de respirer sans nous étouffer.

Il s'agit de la Najas guadalupensis.
Najas guadalupensis
C'est une plante généreuse qui forme facilement de véritables buissons de verdure très rapidement, si rapidement qu'elle est considérée comme une plante envahissante. Effectivement, en Amérique, elle obstrue les canaux de navigation. Mais le fait qu'elle soit envahissante est une qualité pour l'aquariophilie low-tech. Cela veut dire qu'elle élimine rapidement aussi les nutriments et les déchets, ceci sans besoin  d'engrais ou de conditions particulières. Elle est présente en Amérique du Nord et du Sud, mais elle vient de la Guadeloupe comme sont nom l'indique.

Détail Najas
Celle présentée sur les photos a été obtenue sur le net à partir de boutures de 1 cm, il y a de ça plusieurs années maintenant. Les boutures reçues étaient à moitié pourries, j'étais persuadé que ça n'allait rien donner. Non seulement elle s'est montrée prolifique, mais je l'ai encore au jour d'aujourd'hui. Je la trimbale de bac en bac pour ne pas la perdre, quitte à en garder qu'une bouture de quelques cm. C'est surtout qu'elle n'est pas facile à trouver, jamais vue en boutique aquario et rarement disponible sur le net, c'est pour ça que je la conserve précieusement. Mais on peut la trouver sur des sites d'échanges et des sites de particuliers.

Ses besoins:
Najas en buisson
Pas besoin d'injection de CO2, chez moi elle fait des buissons rapidement, naturellement.
Question température, parait-il qu'elle n'aime pas une eau trop chaude, au delà de 25° elle commencerait à souffrir. Chez moi, cet été, elle a été maintenue dans un bac à plus de 28° sans aucun problème, mais sur une période assez courte, les mois d'été.

Question éclairage, elle survit sous un éclairage faible, mais c'est sous un éclarage moyen, 2w par litre, qu'elle est la plus belle. Elle aime la lumière, il faut donc éviter de la placer sous des plantes flottantes.
Il y a tout de même une chose qu'elle n'aime pas, c'est le surplus d'acides humiques. Si l'eau est très très ambrée, les feuilles deviennent marrons et rares, même la tige s'assombrit et s'allonge, les feuilles deviennent plus espacées. Il faut donc lui éviter une eau trop ambrée qui réduit l'intensité lumineuse.

Ses atouts:
Comme d'autres aquatiques pures, c'est une plante facile, elle s'accomode d'une eau douce ou dure. Je l'ai maintenue dans un bac avec juste de l'eau de pluie, et dans un autre avec de l'eau de robinet. D'une eau dure ou douce, elle s'en fiche, pourvu qu'il y ait de l'eau!

C'est une bonne épuratrice, capable de concurrencer les filtres. Vu la vitesse à laquelle elle pousse, elle arrive à éliminer rapidement les déchets dans l'eau. Avec un buisson de Najas guadalupensis et quelques flottantes on a un bac sain et viable naturellement.

Elle offre un refuge aux alevins, aux petits poissons timides et aux bébés crevettes. Elle est fine, ses  petites feuilles sont délicates, esthétiquement elle est idéale pour les petits aquariums. Si on cherche une plante efficace question épuration pour son petit aquarium à Combattant ou  à micro-poissons, il y a cette plante qui est du plus bel effet dans un petit volume.

Pour la multiplier, il suffit de couper une tête de quelques centimètres, à partir de cette bouture va se développer un nouveau buisson, et ainsi de suite, c'est sans fin.

Bref, voilà une belle plante aquatique pure qu'il faut garder précieusement, car il sera de plus en plus difficile de la trouver dans les années à venir. 

Stay in touch!
Dani